Formation Animacoop

Animer un projet coopératif


Créer un réseau : réflexions autour d'une carte virtuelle...


Comment créer un réseau coopératif sur le web ? Quels sont les outils "facilitateurs" d'adhésion et de participation qui peuvent être proposés lors de la construction d'un site?
Deux animatrices, Emilie et Yveline, dans deux contextes différents, ont confronté leurs approches. Étant éloignées géographiquement, elles ont aussi dû tester différents outils pour communiquer.


Contextes de création

Les deux projets concernés par ce travail sont issus de deux logiques différentes :

Les animatrices qui ont la charge de ces projets ont aussi des profils différents :
  • l'une est familière de la construction d'interfaces "traditionnelles" (expositions, publications, rencontres,etc.) entre des pratiques culturelles et des publics, mais ne maîtrise pas les outils du web.
  • la seconde maîtrise les outils du Web, qu'elle utilise dans son travail, mais beaucoup plus mal la méthodologie de projet.

Une approche méthodologique

Nous avons décidé de réfléchir exclusivement aux outils à mettre en place sur le futur site pour faciliter la création du réseau.
Le travail sur le terrain nécessaire en amont (rencontres, réunions, communication, etc...)est, nous n'en doutons pas, prioritaire, mais correspondait moins à nos attentes spécifiques vis à vis de la formation dans laquelle nous étions engagées.

Nous avons choisi de comparer nos réactions face à trois démarches qui nous paraissaient correspondre à cette définition préalable :
  • créer une carte virtuelle de nos projets respectifs (accès, trajets et flux possibles) pour essayer de donner aux internautes une représentation mémorisable d'un territoire collectif que chacun puisse parcourir à sa guise, en fonction de ses centres d'intérêt, et qui permette de savoir où aller et comment, si on souhaite participer.
  • écrire les premiers éléments d'un "code de la route" (charte de fonctionnement, modalités, pilotage, coordination, modération, etc...) assez souple pour être amendé et complété au fur et à mesure par les participants
  • mettre en place un questionnaire d'évaluation permanent.
Faute de temps, nous avons travaillé uniquement sur la "cartographie virtuelle".

Pourquoi une carte virtuelle?

Beaucoup de sites demandent de la part du « primo-visiteur » un gros effort pour comprendre leur logique de « circulation », car chaque site a la sienne.
Un internaute qui visite un site, c’est un peu comme un nouvel habitant dans une ville inconnue, il a besoin d'un plan qui puisse répondre à des questions simples (qui (et/ou) quoi, où, quand, pourquoi, comment…) ; il lui faut aussi un accueil, les codes, le mode d’emploi et les contacts utiles…
Pouvoir disposer d'un plan actualisable en permanence, lisible d’un seul coup d’œil par n’importe qui, permet aussi de vérifier la cohérence interne du site au fur et à mesure des apports ("constructions") des participants, d'en accompagner l'évolution, et d'en mesurer la vitalité.
Beaucoup de sites demandent inscription et identification avant de pouvoir s’exprimer. Ce n’est peut-être pas compliqué (encore que…) mais c’est « inquisiteur » : comme si dans une réunion publique on vous demandait votre carte d’identité avant de vous autoriser à prendre la parole !
Il s'agissait donc aussi, dans chaque « quartier », de vérifier qu'il existe des lieux d’expression publique d’accès libre à tout internaute : à eux de voir ensuite, en fonction de leur visite et des réactions à leur intervention, s’ils souhaitent s’engager plus – donc devenir « participants-acteurs ». Car s’engager est une démarche progressive qui demande des essais, et implique d'abord de se familiariser avec ses interlocuteurs, et avec les outils.

Chronologie du travail sur une carte virtuelle

Objectif : créer pour les internautes/futurs participants une carte des circulations et articulations de chacun de nos réseaux, qui leur permette de
  • 1. se repérer/comprendre la logique
  • 2. mémoriser
  • 3. choisir les "quartiers" où ils pourraient "construire", ou proposer la "viabilisation" d'autres espaces.

1er essai : Yveline a fait une carte virtuelle de son futur site, avec commentaires complémentaires.

2ème essai : une discussion entre nous sur Skype a permis de faire un croquis de l'articulation du réseau d'Emilie (associant les 3 "pôles" sur lesquels elle travaille).
Emilie travaille sur ce croquis, qui pourrait être expérimenté lors d'une présentation publique qui a pour but d'inciter les habitants d'une Communauté de communes à participer à l'enrichissement d'une carte de territoire. Elle a cependant des doutes sur l'intérêt de cette carte, et envisage plutôt d'utiliser une présentation Prezi, plus centrée sur l'outil spécifique (openstreet map....).

Deux bilans contrastés

des difficultés techniques de communication

Nous avons essayé, avec le logiciel libre "imagination3" de faire en temps réel des schémas partagés, et abandonné rapidement : impossible d'être efficaces avec ce logiciel.
Nous nous sommes donc contentées de communiquer par Skype, scanner des croquis manuels, les éditer chacune de notre côté sur Scribus, et nous les communiquer par mail : pour la réactivité et la qualité des échanges de travail, rien ne peut remplacer la discussion en direct et le "paperboard" ! Ouf : on a encore besoin de se voir, pour être efficace!

de l'appropriation des outils

Le 1er obstacle à la participation sur un site est la complexité apparente des outils proposés ; la réaction, face à un outil que l'on n'a jamais utilisé, est de laisser faire ceux qui connaissent, et dont on imagine qu'ils sont plus qualifiés...

Ce fut d'ailleurs la première réaction de l'animatrice "novice" du web face au projet de "cartographie de territoire" de son binôme : elle lui suggéra donc de réaliser un court reportage filmé (vidéo sur une opération de "relevé" + montrer ce que donne la transcription en carte enrichie) pour démontrer qu'il ne faut pas être ingénieur ou bac + X pour participer, reportage centré sur le déroulement des actions et les aspects simples/amusants/attractifs du "relevé" plutôt que sur le mode d'emploi de l'outil "openstreet map".
Ce reportage, diffusé sur le site, pourrait aussi être utilisé lors des présentations publiques.
Pour les aspects purement techniques, Emilie mettrait en ligne des vidéos-tutoriels réalisées sous jing, en complément des formations spécifiques.

Yveline a l'intention d'utiliser son fond de carte virtuelle pour permettre aux internautes de visualiser aussi l'articulation des outils (logiciels, widgets etc....) nécessaires/utiles, et les difficultés d'appropriation : l'objectif étant de faire participer tout le monde, en fonction de ses connaissances et compétences, à la mise à disposition d'outils de communication les plus simples et pertinents possibles.

de l'intérêt de la démarche

Emilie : n'arrive pas à s'approprier l'idée, et trouve cette "carte virtuelle" trop compliquée. L'amalgame entre la cartographie virtuelle et la cartographie réelle (au cœur du projet) embrouille les initiateurs du projet. De plus, les acteurs envisagés ne sont pas, pour la plupart, des habitués de l'informatique. Emilie partira sur une démarche de rencontres individuelles et de communication simplifiée (affichage, communiqué de presse,...). La mise en place d'un réseau collaboratif pourra être une réflexion, une fois que les acteurs seront réunis et les projets lancés concrètement (1ère cartopartie le 19 juin, lancement du wiki de territoire en septembre).

Yveline : garde l'idée de la "carte virtuelle", qui lui parait séduisante et facile à s'approprier, par l'analogie qu'elle permet avec un territoire où l'on peut, en créant des voies de communication, juxtaposer et ajouter des espaces aux logiques différentes, où chacun se déplace librement, et peut placer quand il le choisit sa "construction" dans un "quartier" qui l'intéresse et dont il connait l'environnement et ses contraintes.
Elle se demande comment l'adapter à une présentation "animée" de type "Prezi" qui pourrait être diffusée sur le site à venir, et servir de base de discussion lors des réunions à venir...

Et après?

Emilie a présenté des vidéos réalisées sous jing, lors de la réunion de présentation de son projet "Cartographie de territoire" : du projet, pour présenter et rassurer sur l'aspect technique des projets. Elle les mettra en ligne prochainement. Les habitants intéressés étaient peu nombreux à la réunion et le groupe de travail pour le wiki de territoire n'a pas pu être constitué faute de participants.
Projets :
  • Présenter individuellement les projets aux associations sélectionnées
  • Utiliser prezi pour présenter l'avancée des projet aux membres de la commission initiatrice.
  • Mettre en place une liste de diffusion et/ou une lettre d'information pour le wiki de territoire et les participants identifiés.

Yveline aimerait pouvoir tester la construction de son site en comparant une interface "wikini" et "médiawiki" et va tester comparativement "doodle" et "google formulaire" pour créer un sondage. Elle a bénéficié des explications d'Emilie sur différents outils utiles

L'expérience d'Emilie montre bien que le travail à réaliser prioritairement est en amont de la construction du site : comment faire pour trouver les premiers « suiveurs » ? Ce devrait être la suite de notre travail.