Retour aux fiches

Bernard BRUNET

Téléphone : 06 77 90 14 08
Organisme dans lequel vous êtes en poste actuellement : Réseau des communs
Thématiques de votre réseau, projet collaboratif : Accompagnement de projets, Biens communs, Développement durable, Développement territorial, Enseignement, Environnement, Formation, Logiciel libre, Numérique, Solidarité
Les mots qui me caractérisent : Bénévole, Citoyen, Consultant, Formateur
Site Web de votre organisation : http://www.scoop.it/t/innovation-sociale-et-citoyenne
Un projet, une pépite à partager : (RE) FAIRE SOCIÉTÉ AUTOUR DES COMMUNS
Faire émerger des assemblées et des chambres des communs pour capitaliser
la dynamique toulousaine du festival du Temps des Communs

En octobre 2015, l’organisation toulousaine du festival francophone « Le Temps des Communs » a permis de donner à voir la diversité et de comprendre l’intérêt des (biens) communs à l’échelle d’un territoire local tel que la Métropole toulousaine.
Les dynamiques d’acteurs locaux révélées à cette occasion ont généré l’opportunité de lancer à Toulouse la création d’une assemblée des communs :
• Constituée à l’échelle locale des « porteurs de communs » que sont par exemple les tiers-lieux, les jardins partagés, les projets d’habitat coopératif, une foncière comme « Terre de Liens », des monnaies complémentaires, les producteurs et diffuseurs d’œuvres du domaine public, les développeurs de logiciels libres, une épicerie coopérative, un fournisseur d’accès à Internet associatif et citoyen, une régie de quartier, une conciergerie solidaire, un dispensaire social, une université populaire…
• Se donnant comme objectifs de coordonner et populariser l’accès, la défense contre les enclosures et le développement des communs sur leur territoire, en élaborant puis en faisant vivre démocratiquement une charte sociale des communs…
• Susceptible de proposer aux pouvoirs publics d’assumer la gestion citoyenne et responsable de certains communs (espaces publics, agriculture dans la ville, tiers-lieux publics, salles associatives, espaces de gratuité…)…
• Susceptible de proposer également aux entreprises une relation coopérative gagnant – gagnant, grâce à la création d’une « chambre des communs » permettant à celles-ci de participer à la rémunération des communs, en contrepartie de leur utilisation des ressources et savoirs partagés issus des communs…
Ce projet de créer localement une assemblée et une chambre des communs ambitionne d’ouvrir la perspective d’une nouvelle organisation sociale où la société civile trouverait toute sa place, non plus seulement comme faire-valoir démocratique au sein d’instances participatives, mais bien comme acteur central d’un système de gouvernance tripartite : citoyens – pouvoirs publics – entreprises.
Véritable alternative au dialogue devenu stérile entre l’État et le Marché, les assemblées des communs permettraient aux citoyens de s’impliquer localement dans la gestion des ressources du vivre ensemble, sans remettre en cause directement l’utilité de des élus et des entreprises, favorisant ainsi l’amorce d’un processus de transition soutenable.

Pour ce faire quatre pistes de travail vont être mises en œuvre :

• Recenser les communs du territoire dont les acteurs seraient intéressés par l’idée d’une assemblée (quel type de ressource, quelle organisation de leurs « porteurs » et usagers, quelles règles en commun ?) et en « documenter » le fonctionnement.
• Élaborer la « charte sociale » qui définira les objectifs fondamentaux de l’assemblée (éthique, valeurs partagés, intégration dans « l’écosystème » local), les ressources dont il sera question (et leurs utilisateurs) ainsi que ses règles de fonctionnement (droits et devoirs des parties-prenantes, formes de gouvernance et modes de gestion de la ressource, unité de compte retenue pour mesurer les échanges, critères et processus d’évaluation).
• Expérimenter des « commons-parties » (une idée CCbySA de Lilian Ricaud) qui proposeront des séances concrètes d’initiation et d’accès aux communs (banque éthique, énergie renouvelable, œuvres du domaine public, foncier solidaire, habitat coopératif, logiciel libre, Internet citoyen etc.).
• Réfléchir à la création un système d’échanges économiques entre pairs (monnaie sociale, devise P2P, chambre de compensation) qui permette les échanges réciproques, mais aussi d’expérimenter une façon de rétribuer (partiellement) les contributeurs et contributrices aux communs grâce à la participation des entreprises marchandes qui en bénéficient.
Le développement de chacune des quatre thématiques sera pris en charge par un groupe de travail auto-géré, sur le modèle expérimenté avec succès pour la préparation du Temps des Communs à Toulouse.
Une méthode et des outils de travail collaboratifs partagés permettront à tout le monde de suivre l’évolution du travail des groupes et d’avoir une vision globale du projet.
Un appel à inscription dans les groupes de travail sera prochainement envoyé sur la liste « toulouse@bienscommuns.org ».
L’utilisation d’un outil collaboratif (en ligne) de gestion de projet sera proposée, en parallèle avec l’organisation de réunions téléphoniques mensuelles et d’une réunion « physique » trimestrielle.
Adresse : 37, rue Frédéric Soulié
Code postal : 09100
Ville : PAMIERS